Critiques de L’IMPREVU, une Thrillosophie de Sandrine Monfort | Site officiel de l'écrivain Sandrine Monfort

Critiques de L’IMPREVU, une Thrillosophie de Sandrine Monfort



Et l’Imprévu ?
C’est que ce soit BEST SELLER en Philo !
Laissons LUCIE FAIRE !
.
L’IMPREVU, c’est bien de la Thrillosophie
.
Le retour des lecteurs, un des plus grands plaisirs de l’écrivain, après celui de la création. Merci à tous ceux qui envoient/postent leurs commentaires….
.
Pour se procurer « L’IMPREVU »
 Bientôt en version papier
et tablette.

 

 

 

Et une version PAPIER anoblie, concept de Pierre & Marie, disponible dans peu de temps.

 

 

Certains livres nous poursuivent et nous apportent beaucoup plus que le seul plaisir de passer un bon moment.
C’est le cas de l’ »Imprévu », deuxième volet de « En proie au temps ».
Dans la lignée de sa Thrillosophie, Sandrine Monfort nous mène avec brio dans d’autres plans que nous soupçonnons peut être mais qui se révèlent ici. L’imprévu nous pousse à nous interroger avec justesse sur le temps et sur sa distorsion, nous fait apparaître d’autres réalités.
Certains pourront y découvrir un message, d’autres être éclairés… chacun a le choix et puisera dans cette lecture ce qu’il aura recherché.
Un « page turner » que je conseille vivement à qui sait lire entre les lignes.
Anne C. responsable commercial
.
Je ne connaissais pas la « thrillosophie ». J’avoue avoir été captivée par
l’intrigue. N’étant pas moi-même scientifique ,j’ai trouvé accessibles les
notions abordées et j’ai aimé l’idée d’utiliser le thriller pour divulguer les avancées technologiques . Tous les personnages sont attachants et m’ont tenu en haleine tout au long du récit.
Danièle G. Mère au foyer
.
« L’Imprévu » est un roman dont l’auteur maîtrise, à coup sûr, l’écriture. Elle nous emmène sur des chemins nouveaux, celui du genre « thrillosophique », où l’humain et ses grandes questions universelles sont présents à chaque page, au même titre que les personnages du roman.
J’ai été fasciné par le personnage de Fred, le plus grand des méchants, et autour duquel toute l’intrigue tourne.
Il y a là-dedans quelque chose de démiurgique qui me fascine. Les méchants ont cela de terriblement intéressant, qu’ils sont au-dessus de toutes les lois et en créent d’autres auxquelles les autres doivent s’adapter, jusqu’à l’issue finale, l’emprisonnement ou la mort. Ce sont, à leur manière, de vrais artistes, de vrais créatifs. J’ai pensé, au cours de ma lecture, à des personnages tels que Hannibal Lecter ou encore Dragon Rouge. Leur froideur, leur stoïcisme est impressionnant. Ils prennent grand soin d’eux, ont une hypersensibilité et une grande force physique, ils sont capables d’explorer des sphères de la pensée auxquelles peu de personnes peuvent accéder. Ce sont un peu des super-héros à l’envers. Il faudrait seulement que ces types de personnages restent le fruit de l’imaginaire…
Je recommande à tous les amateurs de thrillers et curieux de découvrir un nouveau genre la lecture de « L’Imprévu », ils ne seront pas déçus.
Virginie R. Typographe.
.
Ce Roman Haletant a le temps pour thème central et nous soumet, sous sa forme de thriller à la réalisation parfaite – suspens, vitesse d’exécution, harmonie symphonique – , à une expérience inédite sur notre perception du hasard, du chaos, de l’imprédictibilité : il est la porte ouverte à une réflexion sur des thèmes immémoriaux traités par l’homme depuis Socrate et Sénèque en passant parles travaux de Henri Poincaré (« Science et méthode »), de Russell, et enfin aux dernières avancées produites par la machine de Turing et le papillon de Lorenz.
Cet ouvrage pénètre profondément en nous et son effet est tranquillisant, permanent, Une Psychanalyse qui rend Heureux!
Sandrine Monfort est définitivement une auteure majeure de notre XXI éme siècle spirituel.
Bernard A.
.
Aussi brillant qu’il soit, le code source ne suffit plus ! Les Kindle deviennent avec ce livre autant de fenêtres sur un univers dont l’Auteur porte le « strategic intent ». Elles dévoilent sans fard un univers philosophique stupéfiant qui donne envie d’en explorer les confins, plus encore de le voir s’incarner pour mieux en appréhender la profondeur. Du Michaël Crichton, le souffle et la philosophie en plus.
Pierre M. Economiste
.
Un genre bien particulier, avec des sensations fortes, la violence monstrueuse d’un tueur en série, l’intelligence du mal mais aussi l’intelligence et l’amour contre le mal, du suspense, le tout combiné avec des interrogations philosophiques et technoscientifiques. C’est le genre « thrillosophique », avec lecture possible à plusieurs niveaux, interrogations sur le temps, sur les limites des possibilités de prévision, avec la « théorie du chaos » en arrière plan, et pour finir une secte de dangereux abrutis au vocabulaire « quantique ». Quand on a commencé à lire et qu’on y a pris goût, on se prend au jeu et on va jusqu’au bout ! Une conclusion bien venue en forme d’épilogue. Recommandé aux amateurs !
Gérard F. Physicien
.
J’ai été captivé par la lecture de ce thriller. L’intrigue tient en haleine.
L’auteur est manifestement bien informé sur les théories concernant la
psychologie des tueurs en série et nous fait partager ses connaissances en se mettant à la portée du néophyte. Les prolongements philosophiques sont également très intéressants et sont exposés de façon accessible au non spécialiste. Un ouvrage qui mérite largement d’être lu.
Pierre A. Ingénieur
.
Dieu est passé incognito pendant que je lisais « L’Imprévu » : cet ouvrage conduit à une réflexion nouvelle sur la récursivité et l’Imprédicativité, aux confins de la logique, des mathématiques et de la philosophie, réinvente la psychanalyse et réhabilite l’épistémologie, cette enquête Kantienne symbolisée et rythmée dans le livre par les tableaux successifs des résultats et inférences de Dekimo avec ses différentes versions. Je suis pris de vertige quand le tueur canadien devient un Objet à l’état intriqué sur les deux continents, puis rasséréné à la lecture d’une description psychologique de l’angoisse de Nolan devant les conclusions de l’Intelligent Artificiel, interpellé par le parallèle entre le dodécaphonisme schönbergien et les 12 victimes, le tout sur un tempo et un rythme irrésistible : quel BONHEUR procure ce nouveau guide vers la SAGESSE ! Merci Sandrine Monfort.
Bernard A. Philosophe